Une réforme ambitieuse de l’Education nationale

ps-bandeaucpv3-siteLe premier budget gouvernemental est le budget de l’Éducation nationale. Pour la première fois, la réforme englobe tous les niveaux de la scolarité obligatoire, avec de fortes ambitions pédagogiques et des objectifs clairs et définis en matière de réussite et d’égalité.

L’essentiel se situe dans le changement des programmes de la maternelle au collège, en application dès la rentrée 2016 : cohérence et progressivité qui permettront à chaque élève d’acquérir le socle commun des apprentissages fondamentaux, avec une meilleure articulation entre l’école et le collège. Ils sont conçus de manière à laisser des marges de liberté aux enseignants pour tenir compte de la diversité de leurs élèves. Depuis 2012, le nombre d’élèves en situation de handicap scolarisés en milieu ordinaire a augmenté de 24 %. La ministre a lancé en 2014 le plan « Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire » et les résultats sont encourageants : 110 000 élèves sont sortis cette année sans diplôme contre 136 000 il y a cinq ans.
La refondation de l’École a déjà permis la création de 42 000 emplois et conformément aux engagements, les 60 000 postes seront atteints en 2017. Pour la rentrée 2016, 10 700 postes sont créés. Le dispositif « plus de maîtres que de classes », dont nous bénéficions à Malakoff à l’école Fernand Léger, favorise une organisation pédagogique différente pour mieux soutenir les apprentissages.
La formation initiale, qui avait disparu sous la droite, a été repensée de façon globale. L’accompagnement des équipes se poursuit : le budget de la formation continue sera de 99 M€ en 2017, en progression de 28 % depuis 2014. La formation au numérique programmée pour tous les enseignants accompagne les efforts d’investissement que les municipalités comme Malakoff font depuis plusieurs années : salles informatiques, tableaux numériques interactifs.
Pour que le métier d’enseignant redevienne attractif, la rénovation et la revalorisation des carrières démarrera au 1er janvier 2017 : des enseignants mieux rémunérés et des directeurs d’école mieux reconnus.
Je suis convaincue que la réussite de l’école est l’affaire de tous, équipe éducative, parents et municipalité, pour le bien être des enfants.

Catherine Picard

Vous aimerez aussi...