Tensions et inquiétudes !

Dans un contexte de reprise économique nous aurions pu penser que le gouvernement mène des politiques pour celles et ceux qui en ont le plus besoin. C’est plutôt le contraire qui s’effectue pour l’instant !

La réduction des contrats aidés, la baisse des APL (Aides Personnalisées au Logement) et la suppression de l’APL en accession ne font qu’aggraver les injustices et les inégalités sociales et territoriales.

Alors que le nombre de bénéficiaires est déjà en constante diminution ces trois dernières années du fait du non réajustement du plafond de ressources et du resserrement des critères d’attribution, ce sont plus de 6 millions de ménages, dont 600 000 franciliens, parmi les plus modestes et les plus précaires qui vont perdre 60 euros de pouvoir d’achat. Une fois de plus, cette économie se fait sur le dos des familles les plus vulnérables. A Malakoff, ce sont 2 750 locataires qui sont touchés dont 1 550 dans le parc locatif social.

Aujourd’hui, le gouvernement voudrait faire supporter cette diminution par les bailleurs sociaux. Cette mesure entraînerait de grosses difficultés de fonctionnement pour les organismes de logement qui se verraient dans l’impossibilité d’assurer l’entretien et la rénovation de leur patrimoine. Les programmes de construction seront revus à la baisse et une fois encore, ce sont les populations les plus précaires qui en subiront les conséquences.
Dans le projet de loi de finances (PLF) du budget 2018 plusieurs mesures se révèlent aussi particulièrement inéquitables. Tout d’abord le remplacement de l’ISF, qui concerne 351 000 foyers, par un impôt sur les revenus immobiliers. Il permettra aux 1 % les plus riches d’économiser 3,6 milliards d’euros.

Autre mesure prévue, la suppression des cotisations maladie et chômage pour les salariés du privé, en contrepartie d’une augmentation de la CSG. Si la plupart des salariés pourront en bénéficier, les fonctionnaires n’auront en revanche aucun gain de ce côté.

Quant aux retraités qui se verront appliqués la hausse du taux de CSG à partir de 1 200 euros par mois, ils seront 60% à en être perdants. Ils s’opposent à l’iniquité de cette augmentation entre actifs et retraités et sont en profond désaccord avec des méthodes qui opposent les générations.

Monique ZANATTA
Conseillère Municipale
Parti Socialiste de Malakoff
Tél : 01.47.46.75.11
mzanatta@ville-malakoff.fr

Vous aimerez aussi...