Voeux des socialistes de Malakoff pour 2019 !

Vendredi 11 janvier les socialistes de Malakoff ont présenté leurs voeux. Voici le discours du secrétaire de section Antonio Oliveira.

Chers camarades,
Chers amis,
Cher Conseiller départemental,

Je tenais tout d’abord à saluer notre sénateur Xavier Iacovelli qui est passé amicalement nous saluer.

Je tenais à excuser Nadège Azzaz notre Présidente du groupe PS à la région qui n’a pu être présente ce soir. Elle tient à vous saluer et vous rappeler ses liens affectifs avec Malakoff. Nous avions inauguré fin 2018 son local à Chatillon pour les municipales. Nous sommes de tout cœur avec elle dans cette bataille.
Je n’oublie pas notre conseillère départementale Catherine Picard, en déplacement. Elle vous souhaite une bonne année pleine de santé et d’espérance pour la gauche.

Il me revient au nom de tous les socialistes de Malakoff de vous remercier de votre présence toujours réconfortante en cette période de reconstruction de la gauche.

Nous espérons que cette nouvelle année sera porteuse d’espoir et de joie pour vous et tous ceux qui vous sont chers. Que 2019 vous permette d’initier ou de conforter des projets qui vous tiennent particulièrement à cœur. Ainsi votre rôle de citoyen s’en trouvera renforcé.
À l’ensemble des associations de Malakoff qui développent sur notre territoire des activités sportives, culturelles, sociales, humanitaires… Que les succès de ces actions viennent récompenser vos investissements respectifs. Ainsi, par votre implication, vous confirmez votre attachement à nos valeurs essentielles que sont la fraternité et la solidarité.
Si 2018 a été une année difficile, 2019 sera une année décisive avec la désignation du Premier des Socialistes à Malakoff avant les vacances de Février. Le Premier des Socialistes aura comme fonction de rassembler au-delà de notre parti et s’appuyer sur toutes les forces vives de la ville (association, acteurs sociaux et tous citoyens désirant s’impliquer pour notre ville). Il nous appartient de construire ce rassemblement et d’écrire un programme. Nous réunirons aussi tous les élus des villes limitrophes afin d’essayer d’avancer sur les dossiers communs tels que le développement durable et les déplacements urbains. Nadège m’a indiqué être intéressée à travailler sur le sujet et les socialistes du 14e arrondissement de Paris aussi. Nous avons des chantiers communs, profitons de l’intelligence collective pour avancer ces propositions.

Nous aurons rapidement à faire campagne pour les élections européennes. Le parti Socialiste a toujours défendu la construction européenne sur la base de la solidarité entre peuple. De grandes discussions sont en cours avec tous les partis de gauche car le risque de disparaitre au parlement existe pour nous tous au profit de l’arrivée en masse des amis de Marine Le Pen comme seule opposante dont le projet est la sortie de l’Europe et de dresser les peuples les uns contre les autres. Et le pouvoir restera aux mains d’une Europe ultra libérale et conservatrice.

La conviction d’abord que la Gauche doit sans cesse se repenser et se réinventer en mettant au cœur de son projet. Nous y sommes attachés plus que tout – l’égalité. C’est là notre ADN. C’est pour cette raison que nous récusons ce libéralisme au pouvoir, qui n’est autre que le renoncement face aux inégalités qui ravagent notre société. Et notre action au quotidien d’élus locaux, territoriaux, départementaux, régionaux et sénatoriale est d’agir pour limiter cette fracture entre les plus démunis, les exclus et les autres. Non, « ni de gauche ni de droite » cela ne répond à rien même si cela a pu paraitre séduisant. Lorsque nous bataillons au sein de ces assemblées pour maintenir des budgets de solidarité, des répartitions équitables, de l’accès pour tous aux services publics, nous voyons clairement que les premiers de cordée filent sans se soucier des autres.

Suite au congrès d’Aubervilliers, je suis fier d’animer notre section et je vous remercie de votre confiance. Ensuite, le Parti Socialiste a entamé un long processus d’évaluation de notre bilan gouvernemental que vous pouvez trouver sur le site de la fondation Jean Jaurès.
Les urgences se sont succédées et nous essayerons d’animer une partie d’une réunion ouverte sur ce sujet. Nous le devons, aux militants socialistes mais nous le devons aussi et surtout, pour faire preuve de lucidité et d’humilité, à nos concitoyens.

A ce sujet, je proposerai une réunion ouverte dans le courant du 1ier trimestre sur la définition des valeurs de gauche qui nous caractérisent tous car notre adn au départ est identique. Il me semble important en ce moment de se repencher sur le sujet au moment où notre parti va fêter ses 50 ans. Un demi-siècle, n’oublions pas d’où l’on vient : les 35 heures, l’abolition de la peine de mort, la cinquième semaine de congés, la décentralisation et tant d’autres conquêtes… La liste est longue.

L’année qui vient de s’achever ne fut pas un « long fleuve tranquille » pour nous, hommes et femmes de gauche. 2018, pour la gauche, a ressemblé à une année morte ou nous avons été inaudibles devant un gouvernement qui n’a cessé d’attaquer les fondements de notre société.

Vous me connaissez depuis 22 ans et vous savez que je n’ai pas pour habitude de céder au défaitisme ou à la résignation. Quand je défends les services publics, la santé et le citoyen, j’ai constamment en tête les engagements sur lesquels j’ai été élu sur notre ville et ce que je dois aux malakoffiots. Il est bon de toujours savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on veut aller. Je suis persuadé que c’est bien la force du collectif qui nous permettra de redonner du sens à la politique, de redonner du sens à la gauche, et que j’ai donc plus que jamais besoin de votre engagement pour 2019.

En effet, depuis maintenant vingt mois, si certains avaient pu douter, les choses sont claires : Emmanuel Macron affirme au fil de ses actions et de ses réformes une politique de plus en plus clairement à droite, laissant ainsi un champ libre à la gauche qu’il nous appartient d’occuper. Il voulait mélanger la droite et la gauche mais la gauche défend l’intérêt collectif et non individuel. Cette séance de vœux a été « décevante, très décevante », a fustigé au micro d’Europe 1 notre premier secrétaire Olivier Faure. « Venant de vivre une crise incroyable avec 80% des Français qui se sont reconnus dans le mouvement des ‘gilets jaunes' », Emmanuel Macron « n’en a reconnu que les excès », regrette-t-il. « Rien ne va changer », on s’en doutait un peu !  »
Je tenais aussi à vous demander de signer la pétition lancé par nos parlementaires pour le rétablissement de l’ISF.
L’année 2019, dans ses premiers mois, sera marquée par la tenue du Grand Débat national. À ce jour, nous n’en connaissons pas les modalités. Pour autant, nous espérons que chacun pourra y trouver sa place et proposer des évolutions fortes dont notre pays a tant besoin. Il en va de notre cohésion sociale et intergénérationnelle.

Bonne année et merci de votre écoute.

Antonio OLIVEIRA
Secrétaire de Section
Le 11 janvier 2019

Vous pourriez aussi aimer...