Intervention d’Annick Le Guillou au nom du groupe des élu.e.s socialistes, conseil municipal du 19 décembre

Intervention d’Annick Le Guillou

au nom du groupe des élu·e·s socialistes, 19 décembre

Mme la Maire, mes chers collègues,

Au nom du groupe des élus socialistes, je souhaite remercier les services pour la qualité du travail réalisé pour élaborer et présenter ce budget 2020.
Je profite de cette intervention pour leur souhaiter, ainsi qu’à tout le personnel de Mairie, de belles fêtes de Noël et de fin d’année.

Le Parti socialiste de Malakoff souhaite démarrer cette tribune en affirmant son implication pleine et entière, contre cette réforme des retraites INJUSTE et RÉGRESSIVE.

Nous avons tout à fait conscience de l’impact très négatif de la réforme des retraites sur les personnels, entre autres, de la fonction publique, et de la perte financière mensuelle, que cela pourrait engendrer, si le calcul de leur pension n’était plus assis sur la rémunération des six derniers mois.
Nous leur apportons un total soutien dans leurs luttes.

S’agissant du budget 2020, à proprement parlé, nous en approuvons les orientations générales, conformes aux valeurs de justice sociale, de solidarité, et dans le souci d’un développement durable et responsable que nous défendons.

Nous souhaitons avec force préserver dans notre ville ce modèle hors norme et à l’opposé de la dégradation sociale ambiante. Ce modèle que nous devons aussi à nos aînés, et plusieurs générations d’élus avant nous, ce modèle fort d’une alliance constructive des forces de gauche, communistes, et socialistes depuis plus de 30 ans.

Tout d’abord, nous avons à cœur de défendre un service public de qualité. Notre majorité municipale s’engage sur tous les fronts, contre la fermeture des services publics de proximité qu’elle déplore.

La mairie a également le souci d’offrir des services de qualité. Cela va de pair avec l’amélioration de la situation de ses agents. Ainsi, nous approuvons pleinement la revalorisation du traitement indiciaire notamment des catégories C, et la mise en oeuvre sans tarder du protocole « parcours professionnel, carrière et rémunération » (PPCR), mesures toutes deux initiées par le gouvernement socialiste précédent. Au delà de ces mesures voulues par l’Etat et comme évoqué dans le rapport, la ville a fait le choix d’aller plus loin, en augmentant la participation employeur au regard des complémentaires santé/ prévoyance de ses agents, ou encore, en dé-précarisant les postes d’animateurs, et en leur proposant des postes à temps complet.
Nous nous en félicitons.

Le groupe socialiste attend également beaucoup de la conclusion de la réflexion sur le télétravail entamée il y a un an avec les agents. Nous pensons que ce dispositif est un progrès social. C’est également un progrès au plan écologique par la contribution à l’allègement de l’empreinte carbone de la ville, tout comme le serait le développement de la téléconférence avec les interlocuteurs extérieurs.

S’agissant du contenu du rapport, 3 ambitions constituent le socle du budget 2020, et nous en approuvons les grandes lignes.

1er axe : la démocratie au cœur de l’action publique

Nous soutenons pleinement toutes les mesures destinées à donner un plus grand espace aux habitants et à nos nombreuses associations, porteuses de projets, qui font vivre notre ville, de manière durable généreuse et constructive, développant dans la durée du lien intergénérationnel et transversal, et qui pour certaines , tissent un lien avec les plus défavorisés, renouant avec une cohésion sociale salutaire.

Nous soutenons toutes les évolutions qui permettent aux Malakoffiots de rendre part aux décisions concernant leur ville, qui permettent d’impliquer les habitants. Nous sommes convaincus que le travail d’équipe et la confrontation des différents points de vues sont toujours bénéfiques pour un projet. C’est le gage d’une plus grande transparence et de la confiance préalable à la participation citoyenne.

Le développement d’outils spécifiques innovants, numériques entre autres, mais pas seulement, tel que mentionnés dans le rapport, facilitera encore la consultation des Malakoffiots , en les sollicitant de façon plus régulière ou en leur permettant de nous interpeller plus simplement. C’est enfin, la possibilité donnée à des habitants qui n’ont pas l’habitude de s’exprimer, de prendre leur place dans le fonctionnement de la Cité.

Nous nous félicitons de la mise en oeuvre d’un conseil de la vie associative et d’une commission d’attribution des subventions qui vont dans le sens de d’une interaction régulière avec les citoyens en toute transparence. Nous nous félicitions aussi que la Maison de la Vie Associative incarne cette évolution positive, d’appropriation par les habitants de ce beau lieu qui leur appartient … où tout va être réfléchi pour donner toute leur place aux habitants, tant par les missions élargies et concertées que par de plus larges amplitudes horaires.

C’est avec intérêt que nous notons que les conseils de quartiers dont nous avions déploré la mise à mal après l’intervention d’agences extérieures qui les avaient négligés, vont reprendre vie. Nous approuvons la mise en place des budgets participatifs, que nous appelions de nos vœux depuis plusieurs années, pour les remettre en selle.

Nous avons confiance dans nos concitoyens pour proposer des projets solides et raisonnables. La réussite d’événements récurrents incontournables menées par nos associations le prouve déjà.

Nous saluons la mise en place d’un observatoire citoyen d’évaluation des politiques publiques.

2ème axe : La solidarité – Une ville émancipatrice

Notre ville donne à chacun les moyens de ne pas rester au bord du chemin. Cela correspond à une valeur fondamentale de la majorité municipale : la justice sociale. C’est l’ADN qui relie tous les élus de cette majorité. Faut-il le rappeler ici tant cela nous différencie profondément de la façon brutale dont la majorité gouvernementale s’en exonère et ne privilégie que mérite et rentabilité.

Nous savons que les inégalités se manifestent dès l’enfance, et que l’éducation est un des vecteurs incontournables de correction de ces inégalités. Le déterminisme est puissant . « L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde » disait Nelson Mandela. Et Victor Hugo écrivait déjà bien avant : « une école qui ouvre, c’est une prison qui ferme » … malheureusement l’adage marche aussi dans l’autre sens …

C’est pourquoi, nous adhérons pleinement au choix de ce rapport d’investir dans ses jeunesse, sources de dynamisme et de créativité, mais également terreau de la mixité que nous souhaitons faire perdurer dans notre ville.

Malakoff peut être fière de maintenir un nombre élevé de places en crèches, fière également de tout le travail fait autour de l’éducation des plus jeunes. Soyons toujours protecteurs des centres de vacances que notre ville a su conserver, contrairement à beaucoup d’autres villes, et qui constituent un socle fondamental de mixité. Plus récemment, l’espace Angela Davis est un atout à exploiter pour les plus grands.

A noter que si la mixité sociale est un leitmotiv de la ville, nous militons également pour une mixité intergénérationnelle afin que les personnes âgées trouvent leur place aux côtés des plus jeunes, dans une société moderne trop cloisonnante.

3ème point : Ecologie – Ville durable, ville en transition

Notre ville s’est engagée dans la transition écologique et entend dans son budget 2020 prolonger, approfondir et amplifier ce travail comme cela est souligné dans le rapport. Eu égard au réchauffement climatique, de plus en plus perceptible par chacun de nous, nous partageons entièrement cette prise de conscience et le fait que la ville souhaite prendre part dans sa limitation.
Nous nous référons aux objectifs du développement durable fixés pour 2030 par l’ONU dans lesquels Malakoff s’inscrit, en visant au delà du développement purement écologique, un développement responsable et durable à long terme !

Nous approuvons l’engagement de Malakoff dans un projet géothermique avec la ville de Montrouge. Nous soutenons la mise en place d’un plan global de déplacement incluant le développement du plan vélo à l’horizon 2022, à mener conjointement avec une réflexion sur l’accès de la ville à tous les handicaps, et sans oublier une réflexion sur la fluidité pour faire perdurer nos commerces de proximité et nos marchés que ce soit au nord ou au sud de la ville.

Nous approuvons pleinement que cette réflexion soit menée en lien et respect, avec les habitants et les associations.

Nous soutenons l’idée d’inscrire désormais l’évaluation de l’empreinte écologique dans tous nos processus de décision.
Dans cette perspective, nous pouvons être exemplaires sur plusieurs plans : avec le développement du travail à distance, avec les véhicules propres, ou bien encore en se rapprochant du « zéro déchet » et zéro sacs plastics dans laquelle la ville s’est engagée.

Nous serons également plus exigeants avec nos fournisseurs dans le cadre des marchés publics, comme il est proposé dans le rapport. Soulignons ici le travail mené avec succès par Catherine Picard dans sa délégation aux affaires scolaires, avec l’augmentation du bio dans les cantines et la collecte des bio-déchets dans les écoles élémentaires. Ainsi que le travail entamé avec le territoire pour la gestion des bio déchets sur le marché.

Nous devons continuer à accompagner les habitants, en les sensibilisant, et en les accompagnant afin de leur donner des moyens d’être cohérents avec notre politique de développement durable, comme par exemple avec l’événement ville super propre, qui a rencontré un grand succès, ou encore avec l’implantation réussie d’une ressourcerie dans le fonctionnement de la ville. Nous nous félicitons d’avoir récupéré l’entière et pleine gestion de ce projet, qui va nous permettre de développer les missions pédagogiques de ce lieu symbolique de l’économie circulaire, dans laquelle la ville s’engage.

Nous militons pour continuer à développer dans ce lieu des passerelles caritatives et éducatives avec les associations comme avec les fabs-labs qui incitent à la réparation des objets plutôt qu’à leur remplacement , les ateliers réparations vélos , les frigos solidaires ou encore la promotions des artistes de la ville.

Pour finir,

Au plan budgétaire, nous déplorons la diminution des dotations en provenance de l’Etat qui grève lourdement le budget de la ville.
Et nous approuvons parallèlement des choix pertinents en matière d’investissements. Comme la future maison des solidarités, la rénovation du marché de Malakoff sans oublier tous les travaux de construction ou de réhabilitation de nos écoles, crèches et équipements sportifs…

Nous approuvons également tous les investissements réalisés à Malakoff en matière de santé et qui permettent à tous les habitants de continuer à se faire soigner gratuitement dans les centres de santé Maurice Tenine ou Jacqueline Akoun-Cornet.

Malakoff a su développer l’amélioration de la santé dans sa ville, à contre-courant de la dégradation nationale, tant décrié aujourd’hui, prouvant qu’il s’agit bien d’un choix politique possible et pleinement assumé de justice sociale fondamentale. Soulignons ici que tant d’autres villes y ont renoncé, abandonnant leurs citoyens à une médecine raréfiée et coûteuse. Notre élu à la santé Antonio Oliveira porte pour la ville cet engagement avec conviction : l’affirmation sans équivoque de « la santé pour tous ».

Parmi les projets, l’ancienne Trésorerie rebaptisée ” La Tréso “, est également un investissement dont nous sommes fiers et que Corinne Parmentier, notre élue à l’Economie Sociale et Solidaire, a porté avec détermination dès la première heure.

Ce projet emblématique souligne encore notre attention aux populations fragilisées, puisque il s’agira ici de soutenir et faire connaître tour à tour les artisans de notre ville qui n’ont plus les moyens d’avoir un pignon sur rue. Ce lieu de convivialité a pour objectif de les fédérer, les faire connaître et les aider à résister financièrement dans une économie globale et une pression immobilière intenable. Corinne Parmentier, travaille sans relâche sur ce projet et veillera également à ce que ce lieu dédié à l’artisanat, s’enrichisse des échanges avec toutes les populations de la ville dont les jeunes.

À la marge, le rapport gagnerait encore en transparence : en détaillant mieux le coût des projets phares, tels que le projet géothermique ou la maison des solidarités. Rétroactivement, nous rappelons que nous élus socialistes aurions préféré injecter les 198 000 euros de la ferme urbaine
dans par exemple nos centres de vacances pour une découverte de la nature et des animaux plutôt dans leur cadre naturel.

D’une façon générale, nous militons pour appuyer les projets, le plus possible, sur nos associations et structures municipales existantes, plutôt que faire appel à des agences extérieures coûteuses et sans ancrage dans la ville sur le long terme.

Nous ne sommes pas d’accord sur tous les points, avec nos partenaires de la majorité, mais nous sommes résolument d’accord le fond, sur les valeurs fondamentales de Justice sociale, de Solidarité et de Développement durable. Nous confrontons nos points de vue dans toutes les instances dédiées, c’est tout le sens de la démocratie.

En conclusion, le choix qui se pose à nous est de savoir si la ville de demain sera impersonnelle comme les grandes métropoles tendent à nous le proposer, ou plus humaine telle que nous souhaitons la préserver.

Une chose est certaine, c’est aujourd’hui que la ville de demain se construit
et nous sommes d’accord sur le socle commun et les orientations qui sont proposées.

Etant donné les choix budgétaires conformes à nos valeurs humanistes, le groupe des élus socialistes approuve le budget primitif 2020 présenté ce jour.

Annick Le Guillou
Conseillère Municipale
Présidente du Groupe des élus socialistes
Pour la contacter : aleguillou@ville-malakoff.fr

Retrouvez les publications de Annick-Le-Guillou en suivant ce lien vos-elus/publications-deAnnick-Le-Guillou.

Retrouvez toutes nos interventions en conseil de municipal en suivant psmalakoff.fr/category/conseil-municipal/interventions.

Partagez !

Vous aimerez aussi...